JPEG - 100.6 ko
Festival Ânûû-Rû Âboro 2014

Festival 2014

Festival du cinéma des peuples, Pwêêdi Wiimîâ du 17 au 25 octobre 2014

Affiche du festival

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Sélection festival

Voici la liste des 50 films retenus pour la programmation du 8e festival Ânûû-rû Âboro qui se déroulera du 17 au 25 octobre 2014 à Pwêêdi Wiimiâ (Poindimié) et dans les communes des trois provinces de la Nouvelle-Calédonie.

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Catalogue 2014

Selection officiel du festival du cinéma des peuples 2014 organisé par l’association Ânûû-rû âboro.

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Introduction au festival

Introduction au festival 2014 par Paul Néaoutyine, Président de la Province Nord et René Boutin, Directeur artistique du festival Ânûû-rû Âboro...

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Programme

Télécharger le catalogue complet du festival international du cinéma des peuples 2014.

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Prix et remerciements

Grand prix du festival Ânûû-rû Âboro doté de 300 000 XPF

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Informations pratiques

La 8ème édition du festival international du cinéma des peuples se déroule du 17 au 25 octobre 2014, à Pwêêdi Wiimîâ (Poindimié) et dans les 23 communes associées des trois provinces de la Nouvelle-Calédonie.

Presse

Retrouvez toute la presse du Festival Ânûû-rû âboro.

Inscription 2015

Introduction au festival

Paul Néaoutyine
Président de la Province Nord

Le festival Ânûû-rû Âboro est désormais un événement culturel incontournable non seulement dans le nord mais à l’échelle du Pays tout entier. Au-delà de nos récifs, il jouit d’une notoriété grandissante en raison de la qualité de sa sélection internationale. Je remercie l’équipe du festival du travail fourni. Depuis plusieurs décennies, l’image n’a cessé d’envahir l’espace médiatique au point d’écraser toute réelle information par la mise en scène d’un spectacle permanent, changeant, amnésique. Ânûû-rû Âboro, à l’inverse, invite à la mémoire, à la réflexion sur le monde qui nous entoure, ses soubresauts, ses chaos, ses failles. Filmer à taille humaine, c’est donner à voir et à entendre l’homme dans sa vérité profonde, tel qu’il se façonne dans ses luttes pour un monde meilleur, dans l’adversité souvent. Le combat des peuples pour la dignité, même s’il s’ancre dans des particularités nationales ou ethniques, n’a pas de frontière ni de couleur de peau : la ressemblance l’emporte sur la différence. C’est une leçon pour nous qui aspirons à construire un pays pleinement souverain, indépendant, avec tous ceux qui dans notre pays, au-delà de leurs différences culturelles et de leurs origines, veulent s’autogérer, prendre leurs propres affaires en main et bâtir un avenir apaisé à nos enfants.

René Boutin
Directeur artistique du festival Ânûû-rû Âboro

Savant mélange d’invention et de découverte au service du cinéma et de la connaissance, le documentaire est essentiel à l’expérience cinématographique, autant qu’à l’analyse et à la compréhension du monde.
Nous avons tous conscience que dans nos sociétés médiatiques et télévisuelles, l’image est hypnotique mais que paradoxalement, elle sert plus souvent à divertir, à cacher et à produire de l’archive. Dans le même temps, de par sa volonté de témoigner et de rendre visible, le documentaire aspire à montrer autrement, à ne plus camoufler. Par ses potentialités artistiques de révéler, d’inventer, ou d’explorer dans le domaine de l’image et du son, il serait plutôt en quête de sens, afin de produire, de préférence, du patrimoine. On trouve là, dans ces problématiques, les ingrédients indispensables au spectateur pour réagir, imaginer et construire, et en grande partie, les raisons qui nous animent.
Nous avons pour notre programmation, la chance de travailler sereinement, loin des pouvoirs, des rivalités et des intérêts économiques, tellement préjudiciables au public, aux réalisateurs et aux oeuvres.
Nous ne sommes pas non plus dans la course des premières mondiales, qui prive le spectateur de nombre de films de qualité. Alors nous pouvons nous enorgueillir d’avoir toute liberté dans nos choix et de pouvoir vous offrir ce qui semble répondre à nos interrogations et nos désirs.
Pour cette 8ème édition, une place légitime est donnée aux formes classiques, mais nous n’avons pas voulu marginaliser les films qui repoussent les limites du documentaire et de la narration cinématographique.
Nous avons bien sûr voulu concilier nos aspirations et vos attentes, être à l’écoute, mais sans aller jusqu’à l’autocensure, et sans organiser cette distraction qui légitime tant le sentiment d’impuissance.